Seat Ibiza, ce nom évoque forcément quelque chose chez la plupart d’entre nous… D’abord, parce que l’Ibiza fut lancée en 1984 et représente le modèle iconique de la marque et son best-seller, donc tout le monde la connait. Mais aussi parce qu’on la croise à presque tous les coins de rue. Et c’est sur les sublimes routes de Corse que nous avons pu en tirer la quintessence. et faire plus ample connaissance avec la cinquième génération de cette Ibiza sur laquelle la marque mise gros, mais avec d’excellentes raisons.

Disponibles en motorisations diesel en 80 et 95 ch, et essence de 75, 95, 115 et 150 ch ce sont plusieurs modèles, équipées des trois dernières qui nous attendaient sur le parking de l’aéroport de Bastia., ainsi que quelques concurrentes directes. Mais c’est au volant d’une l’Ibiza rouge Désir 1.4 EcoTSI 150 ch BVM6 en finition FR, le haut de gamme sportif, que nous voilà partis, direction la côte Ouest de l’ile de beauté.


Premières impressions : l’auto est résolument moderne et ses lignes tendues lui confèrent un style particulièrement dynamique, souligné par ses feux à leds aux angles vifs et les superbes jantes de 17″.

Au fait, cette Ibiza est la digne lauréate du Red Dot Award avec le Product Design 2017. Bravo !

Affutée à l’extérieur, l’Ibiza s’avère plutôt généreuse en volume intérieur. Elle inaugure en effet a nouvelle plateforme MQB A0 qui sera utilisée par les prochaines VW Polo, Audi A1 et Skoda Fabia, ainsi que sur l’Arona, le crossover récemment présenté à Francfort. Ceci souligne bien l’importance qu’a prise SEAT au sein du groupe Volkswagen…

Seat Arona

L’habitabilité a été entièrement revue : largueur des sièges, largueur pour les jambes (passager AV, AR et conducteur) et garde au toit. L’Ibiza bénéficie vraiment d’un habitacle particulièrement spacieux pour ce segment. De plus, le suréquipement de cette FR transparait dans tout l’habitacle : volant en cuir aux surpiqures rouges,  système audio signé Beats, éclairage full led, régulateur de vitesse adaptatif, sellerie Alcantara, vitres arrière sur-teintées, Aide au stationnement avant… rien ne manque à cette jolie auto.

Le coffre de 355 litres (un record pour cette catégorie) accueille sans broncher cinq valises cabine (même s’il n’y en a que quatre sur la photo – merci Michel 😉 ). Bien entendu, la banquette se voit conçue en 2/3 1/3.

Dans cette version, pas de serrure de contact, le système Keyless Access donnant accès au véhicule et permettant le démarrage sans clé.
Sortie de l’aéroport Bastia-Poretta, une belle ligne droite nous permet de passer les 6 rapports bien étagés de la boite manuelle. La voiture se révèle très silencieuse même si elle laisse filtrer le son rageur (juste comme il faut) de son échappement. Nous sommes bien à bord d’une voiture à la personnalité sportive, mais à l’équipement très actuel. La tablette tactile placée en haut de la console centrale est équipée d’un système multimédia au magnifique écran de 8″. Le conducteur, ou les passagers peuvent facilement y connecter leur smartphone puisque le système embarque la technologie Full Link (MirrorLink, Android Auto et Apple CarPlay). Ledit smartphone compatible pourra d’ailleurs être rechargé par induction en le déposant simplement dans l’espace réservé sous l’autoradio. Les autres bénéficient de 2 prises USB (ainsi que d’une prise audio Aux en 3,5mm)

En parlant de radio, notre modèle est équipé d’un système audio signé Beatsaudio, à savoir un amplificateur de 300W pilotant 6 haut-parleurs et un caisson de basse. Le son s’avère très bon, mais il faudra veiller à ne pas trop booster les basses au risque de faire vibrer certains plastiques dur des panneaux de portière. Mais cet équipement, optionnel sur l’ensemble de la gamme et facturée 450€ (un poil cher…), nous a séduit par sa dynamique et ses nombreuses possibilités de réglages.

Direction ouest, pour rejoindre Saint-Florent par la route sinueuse passant par Poggio d’Oletta. Dès le premier virage, un constat s’impose et un manque se fait cruellement sentir : Seat n’a pas jugé utile d’installer une poignée de maintien pour le passager ! Un défaut certes mineur, mais une absence à corriger d’urgence, sauf à ne devoir rouler que sur des routes parfaitement droites… ou à devoir se fâcher durablement avec votre passager…

En revanche, le comportement routier s’avère excellent et difficile à prendre en défaut. La précision de la direction assistée est un régal, et les amortisseurs collent littéralement la voiture à la route. Notre finition FR était équipée d’amortisseurs contrôlés électroniquement à deux positions ; Normal et Sport. Notre (petit) reproche portera sur le levier de vitesse, un peu dur pour rétrograder de 3e en 2e, spécifiquement sur ce modèle 150 ch. Nous avons en revanche particulièrement apprécié le comportement de la boite de vitesse des motorisations inférieures. Boite qui a amplement été manipulée sur les routes sinueuses à souhait de cette magnifique Corse.
Le freinage n’est pas en reste, et heureusement, car nous l’avons également  largement sollicité…

Après une pause déjeuner face à la mer, changement de véhicule pour passer à une finition Xcellence 1.0 EcoTSI 115 ch BVM6. Oh le joli bruit de ce moteur downsizé ! Monter les tours en seconde est un régal tant l’auto réagit sans creux et avec un ronronnement métallique assez rageur qui fait son effet, virage après virage. Cette version s’avère particulièrement bien équilibrée, tant de part sa motorisation largement suffisante, que de sa boite de vitesse particulièrement douce et bien étagée. Le coloris Capuccino qui nous a été confié peut ne pas faire l’unanimité, surtout avec son bandeau interne, lequel peut être choisi en noir 🙂

Dire que ces autos ont été sollicitées, parfois au delà du strict raisonnable, mais toujours avec le respect de la mécanique et de l’environnement qui nous accueillait, est une évidence, voire une lapalissade. Mais quel pied ! Certains essais automobiles laissent un goût d’inachevé car les produits sont finalement un peu décevants. Mais pas avec cette Seat qui a tout fait pour que cette Ibiza soit un succès, et même un carton, largement mérité à notre avis !

Disponible en 5 portes seulement, cette nouvelle Ibiza, cinquième du nom, propose une qualité généralement réservée aux plus grandes. Agile voire joueuse, efficace en ville comme sur route ou voie rapide, elle propose un confort insoupçonné (pour une pseudo allemande…) On me souffle dans l’oreillette, que conçue à Barcelone, la Seat Ibiza est et reste une auto espagnole. Dont acte ! 😉

Cette nouvelle Seat Ibiza s’impose de facto comme la meilleure de son histoire : qualité de fabrication (il faut voir les joints de soudure hayon ouvert), comportement, dynamisme, équipement, sécurité et connectivté, cette auto est un succès annoncé. Avec 19,2% de progression, Seat est la 2ème marque à la plus forte croissance en France.

Les tarifs vont de 13 860€ (1.0 75 CH BVM5 en finition Référence) à 22 290€ (1.5 TSI Evo 150 CH BVM6 en finition FR). Des concurrentes sont moins chères, mais aussi bien moins équipées !

Plus d’informations sur le site de Seat (et non pas le contraire 🙂 )

 

Retour sur une histoire pas toujours couronnée de succès. Seat (Sociedad Española de Automóviles de Turismo) fut créé en 1951 sous l’égide du gouvernement espagnol (aidé de FIat qui en garda le contrôle jusqu’en 1982.). L’histoire de l’Ibiza ne manque pas de piquant : le premier modèle original de la marque, lancé en 1984, l’était basé sur un projet de Golf II, refusé par Volkswagen ! Le même Volkswagen qui rachète deux ans plus tard 51 % des actions de la marque, pour monter à hauteur de 75 % quelques mois plus tard. Amusant, d’autant plus qu’aujourd’hui Seat représente la troisième marque du groupe de Wolfsburg, et que l’Ibiza s’est vendue à plus de 5,4 millions d’exemplaires…

 

Enfin, un immense merci à toute l’équipe de Seat qui nous a concocté un weekend d’exception dans un cadre idyllique et enchanteur, et bravo aux ingénieurs pour avoir dessiné et conçu cette auto si réussie et si attachante !