Alors que je vous en parlais ici, WRC 6 FIA World Rally Championship est disponible depuis quelques temps sur les plate-formes suivantes : PC, PS4, Xbox One. Néanmoins avant de se lancer sur les pistes sinueuses de WRC 6, il faut se rappeler que l’an dernier, la série des WRC avait été quelque peu bouleversée car le développement était passé des mains italiennes de Milestone aux mains françaises de Kylotonn. A la limite ce n’était pas un mal car après une série de WRC désastreuse dans les mains de Milestone, Kylotonn ne pouvait faire que mieux mais manquait de temps. Le premier jeu WRC sorti de ce studio de Frenchies, WRC5, avait été réalisé dans un laps de temps record mais était au final plutôt bien réussi, amusant et prometteur pour les prochains de la série.

On attendait donc un WRC6 fort de cette expérience avec des licences officielles conservées et du temps pour le peaufiner.  Le studio Kilotonne avait donc toutes les cartes en mains pour nous faire un jeu de rallye aussi beau et agréable que le sport lui même. Les amateurs de ce style (dont moi) se languissaient de pouvoir rouler sur les routes de terre et de bitume. WRC 6 rend-il honneur au rallye ? La réponse est un peu plus bas…

  

Au démarrage du jeu on est tout de suite mis dans l’ambiance avec un petit didacticiel qui nous emmène directement sur une spéciale se déroulant en Sardaigne au volant d’une Hyundai I20.

Par la suite, plusieurs choix s’offrent à nous : un mode solo (course rapide, carrière, etc) ; un mode multijoueurs ; et surtout des extras avec les voitures, les équipes etc.

Dès le début, on est agréablement surpris par la qualité des textures des différents véhicules qui sont très bien réalisées. Les surprises continuent et s’enchaînent dès le début de la course…. malheureusement celles-ci ne sont pas des plus agréables. En effet, le reste du décor n’est pas à la hauteur des voitures qui le traversent. La végétation est mal représentée voir même figée avec une distance de vue faiblarde, les impacts voiture/végétation sont anecdotiques. Le public sur le bord des routes n’est pas à la hauteur des consoles/pc nouvelle génération comme la PS4. Et encore, je ne m’attarde pas sur le brouillard au rendu déroutant qui ressemble à un « négatif » de photo.

Tout ces points  viennent ternir certaines spéciales plutôt réussies. Par exemple certaines sont diversifiées avec des passages dans des hameaux ou  celle du rallye de Monte Carlo. Dans ce dernier on voit sur le sol du verglas et des feuilles rouges d’automnes ce qui change et réchauffe un peu un WRC 6 qui est dans l’ensemble assez terne. Globalement, on peut dire que malgré des screens accrocheurs lors du développement, le rendu « in-game » ne brille pas par ses graphismes qui sont bien en dessous de la norme pour la PS4 (version de ce test maison).

Au niveau des sensations de pilotage, avec WRC 6 on reste plus proche de la facilité de conduite d’arcade que de la simulation. La conduite est relativement accessible à tous et le moteur graphique permet quand même une bonne gestion des rattrapages, glisse, adhérence et vivacité de freinage. Les changements de sol (terre, gravier, sable, asphalte, etc) ainsi que les changements de météo (pluie, gel, glace, etc) ont un vrai impact sur la conduite, contrairement aux nids de poules, trous, bosses et autres asperitées qui elles n’en n’ont pas vraiment. Autre point, les voitures sont très dures à mettre sur le toit… et n’y reste jamais. Un trophée a même été créé pour l’occasion !

En clair, WRC5 offrait de meilleurs sensations de conduite, mais rassurez vous on a quand même l’impression de conduire une voiture de rallye ? L’impression est peut-être plus sympa avec un volant d’ailleurs WRC 6 offre une compatibilité étendue à plusieurs modèles. Enfin, pour les puristes de la conduite je vous conseillerai plutôt DIRT Rally qui offre de meilleurs sensations malgré un graphisme moins travaillé.

Par la suite, vous vous rendrez compte bien rapidement que le jeu dans sa globalité reste aussi simpliste que sa conduite. L’IA est assez facile à battre. Les spéciales s’enchaînent et vous resterez sur le podium, bien entendu il vous faudra bien écouter les conseils de votre copilote (comme dans la réalité d’ailleurs) qui sont assez précis et aide vraiment à l’appréhension des grandes courbes et autres obstacles.

Du coté de votre atelier, vous aurez accès au moral de l’équipe, la gestion des dégâts et les réglages sur le véhicule, le classement,etc.

Les dégâts sur la voiture en course n’étant pas très importants hormis au niveau de la carrosserie. Le mode de réparation entre deux spéciales est assez bien fait mais comme le reste il n’est pas assez handicapant. Notez que le mode automatique vous rendra bien service !

Soit dit en passant vu les dégâts sur votre pare brise qui ne dépasse pas la simple fissure, pas besoin d’appeler Carglass 😉

Jouer en multijoueur en mode « posé » à la maison !

Voici enfin un point positif pour Kylotonn qui a pensé à mettre un mode multi « local » en écran scindé à la vertical. Vous allez pouvoir faire des parties avec vos potes sans avoir besoin de connexion internet (pas de déco ni de Lag du coup). Le tout en mode année 80 avec des gens en vrais à côté de vous.

Un WRC en version complète (comme une crêpe jambon, fromage ET oeuf) ?

Autre point positif, WRC6 a la chance de bénéficier de toutes les licences officielles. Contrairement à « DIRT Rally », vous aurez donc toutes les équipes, voitures, pilotes et rallyes, même celui de chine malgré son annulation ! Un petit laïus historique de chaque rallye est d’ailleurs présent au chargement des spéciales.

WRC arrive t il à éviter la sortie de route ?

Malgré ses défauts, ce jeu reste sympathique pour qui veut un jeu de rallye assez simple à maîtriser. Pour les plus exigeants de la simulation je vous conseille de vous tourner vers DIRT Rally. Pour information, les voitures 2017 ne sont pas accessibles et il faudra sans doute attendre WRC7. Pour les plus pressés un DLC à 3€ est disponible pour acquérir la Toyota 2017. Fort de son expérience WRC 5 et 6, espérons que le studio français nous fournira un WRC7 plus abouti à tous les niveaux ce qui permettra enfin d’avoir un coq qui donne de la voix !

Note globale de WRC 6 : 10/20 voire 12/20 pour les fans de jeux de rallye (grâce aux licences)

J’ai aimé J’ai moins
  • Les licences officielles
  • Le rallye de Chine
  • De nombreuses spéciales et super spéciales
  • Sensation de vitesse bien présente
  • L’écran scindé pour le multijoueur
  • Les bruitages

 

  • Peu de difficulté sur la piste
  • Conduite dans sa globalité (peut être mieux avec un volant?)
  • Décors et publics simplistes
  • Les dégâts sur la voiture peu réalistes
  • Une distance d’affichage faiblarde
  • Peu de challenge
  • Gestion des dégâts pas assez précise

 

Notez que pour les joueurs PC, il existe une édition Deluxe qui propose une sélection de bonus, à savoir :

–        3 mois d’abonnement à WRC +, la plateforme officielle du Championnat du Monde des Rallyes WRC pour vivre en direct ou revivre les meilleurs moments de la saison.

–        Un calendrier WRC 2017 des plus belles images de la saison, réalisé par McKlein Photography, photographe officiel du championnat. Faites un tour sur son site www.mcklein-calendars.com pour vous faire un avis.

–        La Toyota Yaris WRC Test car, développée par Toyota Gazoo Racing pour le constructeur Toyota qui sera de retour dans la compétition en 2017. Ce véhicule bonus est disponible dans tous les modes de jeu de WRC 6.

D’ailleurs, en parle d’eSport WRC, la saison 2 arrive et voici les infos à retenir :

Concernant le championnat :

–        disponible gratuitement pour tous les possesseurs du jeu WRC 6

–        13 manches de janvier à novembre 2017 plus une finale

–        chaque manche a lieu en parallèle de chaque rallye officiel WRC

–        sur les 13 manches, seuls les 10 meilleurs résultats de chaque joueur seront pris en compte pour le classement final

–        les 8 meilleurs joueurs de la saison prendront part à la finale qui désignera le grand vainqueur

Concernant chaque manche :

–        se déroule entre le jeudi et le dimanche

–        compte jusqu’à 5 spéciales et jusqu’à 2 arrêts au Service Parc

–        permet à chaque joueur d’enregistrer jusqu’à 5 essais (seul le meilleur temps de ces essais est comptabilisé)

–        permet aux 50 joueurs les plus rapides, toutes plateformes confondues, de gagner des points au classement général (voir annexe)

Les itinéraires et informations complémentaires seront disponibles avant chaque évènement sur www.esportswrc.com.

S’il vous tarde de vous lancer dans l’aventure eSportWRC, il est grand temps de vous équiper ? Pour vous procurer un exemplaire de WRC 6, il est disponible un peu partout comme ici ou ici par exemple.

Enfin, si vous souhaitez encore plus d’informations sur WRC 6, vous pouvez faire un tour sur le site officiel : www.wrcthegame.com

Gouaig