Tous les deux ans, quelques semaines à peine après les 24 Heures du Mans, les passionnées d’automobile sportive et de collection prennent à nouveau d’assaut le Circuit des 24H pour venir voir 550 bolides en compétition, plus de 1000 pilotes, mais aussi les clubs qui regroupent 8500 véhicules de collection… Et pour nous, ça a surtout été l’occasion de conduire sur le mythique tracé des 24H, avec Ford… Retour sur un week-end… Intense !

Quelques chiffres pour prendre conscience du phénomène Le Mans Classic… Cette année l’affluence a battu un nouveau record et ce sont 123.000 personnes qui sont venus au Mans. Il y avait 8500 véhicules sur place, la plus grande partie étant composée par les 180 clubs qui représentent 60 marques, mais aussi par les 550 véhicules engagés dans la compétition, par catégorie – ou plateau. Ces catégories sont au nombre de 6, avec en plus cette année un plateau supplémentaire, le Group C, des bolides de type proto des années 82 à 92 dont les plus rapides font les mêmes temps au tour que les celles de la catégorie GT d’aujourd’hui.

Voici quelques photos des plus belles Ford croisées au Mans Classic :

 

Les 50 ans de la victoire de la Ford GT40

Pour Ford cette année l’histoire est belle, car non seulement c’est l’anniversaire de la victoire aux 24H de Ford en 1966, mais en plus, comme un symbole, cette année en catégorie GT et pour son grand retour, Ford s’est imposé il y a 3 semaines. L’occasion était trop belle et Ford en a profité pour dévoiler une GT40 de 1966 restaurée à la perfection – et aux couleurs d’époque – paradant à côté de la victorieuse GT 2016. Un des pilotes d’endurance maison, Olivier Pla, a même pu emmener la GT40 pour un tour, filmé à 360° :

Quelques photos de la GT40 de 1966 (et de la GT de 2016)

 

J’ai roulé sur le circuit des 24H

Ensuite, et parce que Le Mans Classic est aussi une belle opportunité de communication pour les marques, Ford mettait à l’honneur sa gamme Ford Performance. Grâce à son partenariat avec l’événement, il est possible à Ford de profiter du circuit entre les manches de course. A nous le circuit des 24H, le mythique tracé de presque 14 kilomètres, la ligne droite des Hunaudières, le virage du Tertre Rouge, la chicane du Dunlop, les virages Porsche… Mais d’abord, il faut pouvoir rouler. En effet, entre les manches, les chanceux comme nous partagent le circuit avec les équipes qui entretiennent le circuit. Et donc, on est tributaire de l’organisation pour pouvoir partir. Le timing est très serré, et quand le GO est donné, c’est un balai d’une trentaine de véhicules des partenaires qui se met en marche, en rang serré, pour rejoindre la ligne des stands. Ce n’est pas sans un certain stress que les véhicules avancent au pas, en attendant de pouvoir s’élancer. Le but n’est pas d’attaquer comme un sourd un circuit que l’on a jamais pratiqué (avec un véhicule que l’on n’a jamais conduit), mais il faut tout de même envoyer un peu pour être dans le rythme du peloton… Car à peine terminé notre tour, c’est la vraie course qui reprend.

Ford nous a attribué une Focus RS. Riche idée, c’est un modèle que l’on a jamais essayé encore. 4 roues motrices, une boite mécanique à 6 rapports et un 4 cylindres EcoBoost 2.3L de 350ch. Le pied. On s’élance donc à la poursuite de la voiture partie quelques secondes avant nous, 2ème, 3ème, 4ème, on enchaine tant bien que mal les premiers virages en suivant la trajectoire au mieux, sans oublier de gérer le traffic, la boite et le régime moteur. Bizarrement, ce qu’il est facile de faire tous les jours devient bien compliqué quand on est sur un circuit… Mais voilà déjà la ligne droite des Hunaudières et on atteint les 245km/h sans même avoir passé la 6ème… Notre tour est perturbé par quelques drapeaux jaunes brandit par les commissaires, car certains véhicules de la course précédente sont évacués sur des plateaux alors que nous roulons sur la piste. Prudence donc. Le plaisir n’en est pas vraiment amoindri car après tout, c’est la course, c’est comme ça ! On profite à fond de cette magnifique expérience alors que l’on reconnait les virages mythiques du circuit, mais cette fois-ci, depuis la piste… Drôle de sensation d’être de l’autre côté des murs et des protections ! Et c’est déjà fini, la ligne droite des stands est en vue mais nous ne l’emprunterons pas, direction les stands et la fin du tour de manège. Ce fut court mais intense, et c’est un souvenir qui restera. Rares sont ceux qui peuvent dire qu’ils ont conduit sur le circuit des 24h…

 

MFC Motorsport et sa Ford GT40

Comme les choses sont bien faites, nous avons aussi (pour le compte du Garage des Blogs) suivi l’équipe MFC Motorsport et sa Ford GT40 de 1967 pilotée par Philippe Vandromme et Paul Belmondo. Le week-end était vraiment 100% Ford ! Nous avons pu suivre au plus près les aventures – et les mésaventures – de l’équipe et nous les remercions chaleureusement pour ça. Vous pouvez lire le compte-rendu de la course sur leur page FB.

Voici quelques photos de l’équipe et de sa magnifique GT40, du box au parc d’assistance, en passant par la ligne droite des stands…


 

Un week-end au Mans Classic qui restera comme la plus belle édition à ce jour, et à titre plus personnel un beau moment de rencontres avec des passionnés de sport auto et des étoiles pleins les yeux de croiser autant de merveilles automobiles… Sans oublier l’énorme bonus qu’a été le tour de ce circuit mythique en Focus RS… Merci Ford !

 

Remerciements chaleureux à toute l’équipe Ford, à toute l’équipe MFC mais aussi aux équipes de Peter Auto

Photos droits réservés Ford France Media.