Attendu depuis près de 3 ans, le titre de Remedy a su se faire désirer par tous les possesseurs d’ Xbox One (et PC). Il faut dire qu’il aura su mettre en avant son visuel à tomber et ses intenses séances d’actions pour faire saliver les joueurs. Aussi, chaque présentation était à la fois un plaisir visuel mais une cruel moment de patience supplémentaire. C’est désormais terminé car le jeu est disponible partout et il est temps de le tester !

Après avoir mis la « galette » dans la Xbox One et passé la mise à jour (5.5 Go tout même), on arrive enfin à l’écran titre. Jack Joyce est le frère d’un scientifique qui est sur le point d’inventer la machine à voyager dans le temps. Cela tourne mal et vous aimeriez découvrir l’origine de « l’arrêt du temps » et tout remettre en ordre. La puissante organisation Monarch n’est pas de cet avis et considère qu’il faut se préparer à la fin du temps. L’aventure est lancée !

Il faudra jouer de vos pouvoirs sur le fil du temps pour vous sortir des situations périlleuses. Oui le héros qu’on incarne, Jack Joyce peut influer sur le cours du temps. Dès le début de l’aventure on prend une claque graphique car il faut bien l’avouer, c’est beau ! Le jeu est impressionnant et on se dit que notre attente a été récompensée. Notez quand même que Quantum Break est en 900p mais honnêtement on ne voit pas la différence avec un film. D’ailleurs la comparaison avec un film est toute trouvée car les scènes d’actions manette en mains sont entrecoupées d’une véritable série qui donne des éléments complémentaires à l’intrigue et rend quasi réelle votre aventure. Rassurez vous les plus pressés pourrons passez ces séquences narratives.

De la forme …

Revenons à la technique, les textures, les effets de lumière et le rendu des personnages sont visuellement bluffants même si on peut voir un peu de clipping (au fond des décors). On constate qu’avec de la maitrise, la Xbox One en a dans le ventre à moins que ce ne soit le moteur « Northlight Engine » qui fasse des merveilles. En conception, le processus de capture de mouvement a permis aux personnages d’avoir des mouvements réalistes. Le son n’est pas en reste avec de très bons rendus des explosions ou autres. La présence d’une version française est louable même si on aurait aimé un meilleur calage avec le mouvement des lèvres. Néanmoins cela ne nuit pas au jeu des acteurs et rien n’est sur-joué car les émotions sont là et correctement rendues.

… mais aussi du fond !

Puisque que la technique est top, revenons au narratif. On retrouve donc une découpe classique en plusieurs actes. Au nombre de cinq, ils permettent un développement appréciable de l’histoire avec une mention spéciale pour le dernier. Néanmoins le joueur cherchant l’originalité restera un peu sur sa faim. Malgré cela le concept de crise temporelle et de son impact sur le reste de la planète est quand même bien amené et le scénario contient quelques rebondissements intéressants. La réalisation est très bien rythmée même si la fin est tout de même classique et vous laissera en suspend (pas de spoiler mais ca sent le Quantum Break 2).

De l’influence de nos choix

Au fil de jeu (film ? Série ?), on nous propose de constater l’influence de nos décisions prise à différents moments clés. Un symbole adéquat apparait lorsque vous êtes en présence des conséquences de vos actes. Cela donne au jeu une re-jouabilité certaine pour ceux qui voudraient voir toutes les « versions » possibles. Ces choix arrivent au passage d’un acte à l’autre et nous permettent de voir la série liée au jeu. Il s’agit de « cross media » ou plusieurs types de supports (jeux vidéo et mini-série dans notre cas), sont liés pour nous raconter l’histoire. Il faut quand même noté que les épisodes de la série sont « Streamé ». Si votre connexion ne suit pas, vous pouvez les télécharger localement sur votre console (mais prévoyez pas moins de 75 Go).

De même, il y a un petit volet RPG dans Quantum Break. Elle se retrouve dans l’écran d’amélioration des pouvoirs. En donnant ainsi au joueur le choix des évolutions, Quantum Break nous laisse construire le personnage selon nos envies.

De même, l’exploration de l’environnement (magnifique je le répète) est encouragée par la dissémination de textes, vidéo et petits dialogues avec des personnages donnant de la profondeur au « background » de l’histoire. Si vous aimez collecter des pièces d’informations pour découvrir plus en avant l’univers du jeu de Remedy, vous serez comblés.

Le jeu étant aussi un « Third Person Shooter » (TPS), que vaut donc cette partie à la 3ème personne semblable à Max Payne (ancien jeu de Remedy) ? Il s’agit là d’évoquer un point non pas faible mais perfectible du jeu. Attention, les « gunfight » sont loin d’être ennuyeux (c’est plutôt l’inverse) et même plutôt jouissif tant sur le visuel que le déroulement. L’enchainement des pouvoirs de Jack donnent des effets spectaculaires. Néanmoins, les échanges de coups de feu ne sont pas épiques la faute peut être à la mise à l’abri automatique ou une comparaison trop forte avec des TPS du moments (The Division ?).

Passé les pouvoirs temporels, la partie TPS reste classique mais bonne. Au cours du premier acte, nous découvrons nos pouvoirs en même temps que notre personnage Jack. Ce procédé efficace nous permet de nous immerger progressivement. Nous pouvons les assimiler ainsi au fur et à mesure. Ce duo tutoriel et découverte de l’aventure est sacrément efficace. On n’est donc pas obligé de passer par une phase toujours désagréable d’entrainement complètement déconnectée du mode histoire.

Concernant les interactions avec l’environnement, on est souvent obligé de corriger tres légèrement la position de notre héros (ou héroïne, Jack n’étant pas le seul perso a incarner) pour activer une action. Heureusement ces ajustements de quelques pixels ne sont pas nombreux. Les parties « plate-forme » quant à elles peuvent être comparées avec « Rise of the Tomb Raider » par exemple. Lara Croft restant une sacrée référence, Quantum Break ne fait pas mieux mais se débrouille assez bien. Quelques obstacles ne peuvent être franchis même s’ils semblent à portée de mains mais ce « périmètre » est sans doute le prix à payer pour bénéficier d’excellents graphismes/détails.

Enfin, le jeu propose plusieurs modes de difficultés qui ne seront pas de trop pour, soit profiter à fond de l’aventure sans prise de tête, soit avoir un défi de taille. Globalement le niveau assez peu élevé avec quelques scènes plus ardues.

Dans ce tant attendu Quantum Break on retiendra que c’est un jeu très agréable et bien mené à la mi chemin entre un jeu et un film. Doté d’une qualité graphique rare et d’une ambiance soignée il donne l’impression de jouer la prolongation d’une série dans un univers riche et profond. On y pere un peu ses repères (est-ce un jeu ou un film ?) et on y plonge sans retenu. Certes les phase de gunfight sont assez classique mais bien réalisées avec des pouvoirs qui apportent beaucoup au visuel et au rythme du jeu. Le fond narratif classique mais efficace montre qu’avec un peu de forme et beaucoup de fond (renforcé par les 4 séries) on peut faire un excellent jeu. Ce format « cross media » qu’est Quantum Break est bien maitrisé par Remedy. Un peu comme Uncharted 4 sur PS4), Quantum Break est une exclusivité qui ferait qu’on achète une Xbox One. A moins que vous n’ayez un PC 😉 (avec une bonne carte 3D).

Note : 16/20

J’ai aimé

J’ai moins aimé

– Scénario complexe et bien écrit

– Intro qui donne envie d’en savoir plus

– Fin convenue (et matière à voir un numéro deux)

– Gameplay top avec une bonne gestion du temps

– Photo réaliste (effets de lumières et pas artificiels)

– Effets visuels

– Progression bien dosée

– Très bonne jonction (visuelle et scénaristique)

– Présence d’une série qui donne enrichit le background

– Présence d’une série qui casse un peu le rythme (mais on peut la passer);

– TPS au shoot classique ;

– Couverture automatique ;

– Textures qui bug (effet ou réalité) ? ;

– Temps de chargement des fois un peu long ;

– Un peu de « clipping » (apparition tardive des décors mais rien de méchant).

Pour plus d’informations vous pouvez faire un tour sur la page officielle de Quantum Break. Pour vous le procurer vous pouvez aller sur le Xbox Store ou sur d’autres sites comme Amazon ou Micromania. N’hésitez pas à dire ce que vous en avez pensé 😉

@gouaig