Qui aurait prédit il y a quelques années que le constructeur (entre autre) de drones Parrot, se serait lancé dans l’audio avec son casque Zik, avec autant de succès ? Qu’à cela ne tienne, Parrot récidive avec le Zik  deuxième du nom, le Zik 2.0.

Présentation :

Bien emballé dans une boite qui met bien le produit en valeur, le Zik 2.0 est accompagné de son manuel complet, d’une pochette, d’un câble mini USB et d’un câble jack 3,5mm.

Le Zik 2.0 diffère très peu de son prédécesseur, d’un point de vue esthétique, mais c’est encore plus beau. Un peu plus de rondeur au niveau des coussinets, du métal poli partout, même les articulations sont d’une finition exemplaire.

L’arceau rembourré et recouvert de cuir synthétique, offre un excellent contour de la tête. Les coussinets semblent plus épais que son prédécesseur et extrêmement moelleux sur les oreilles, le confort est tel qu’on l’oublie très rapidement une fois posé entre les oreilles.

Seule l’amplitude de réglages de la taille de l’arceau pourrait poser un souci pour les (très) grosses têtes. La majorité des utilisateurs y trouveront leur bonheur.

Dans le coussinet droit on trouve la partie tactile qui prend toute la surface, en dessous le bouton d’activation et la prise jack glissée dans un trou d’un design et d’une finition à tomber par terre.

Le Zik était équipé de l’excellent système de commande tactile. Il en va de même avec le Zik 2.0… mais en mieux. Touchez le coussinet droit une fois et la musique démarre ou s’arrête. Glissez vos doigts de haut en bas ou de bas en haut pour régler le volume. Et de l’avant vers l’arrière (et inversement) pour changer des piste.

Le tactile a fait des siennes de temps à autre. La musique ne voulait pas s’arrêter ou bien le réglage de volume ne répondait pas dès les premières tentatives. A essayé avec le temps, peut être que le coup de main (ou plutôt de doigt) viendra avec l’habitude.

En tout cas, la sensation sur le coussinet est des plus agréables, le matériau utilisé permet d’avoir une glisse qui accroche juste ce qu’il faut au doigt.

A l’intérieur du coussinet on trouve également le capteur de position qui permet au Zik2.0 de mettre la musique sur pause lorsque vous retirer le casque de votre tête. Une excellente idée servie par l’excellente réactivité du système.

Même la qualité des accessoires n’est pas en reste. Le matériaux utilisés et la finition sont bien au dessus du lot, comparé à d’autres modèles du même calibre.

IMG_9335

IMG_9333

Le son

Vous êtes prêt ? Posez-le sur les oreilles. Une tape sur le coussinet droit. Et écarquiller les yeux. Le rendu sonore est tout simplement bluffant. Une dynamique impressionnante et un équilibre de toute beauté.

Tout en puissance mais sans en faire des tonnes, le Zik 2.0 offre une expérience sonore complète. Les basses sont là. Bien là, mais jamais de trop et n’inondent jamais le reste du spectre qui reste intelligible et distinct.

La spécialisation est immersive, ça vient de partout, on est dedans et il n’y a rien d’autre autour. Je me suis rarement trouvé aussi immergé dans la musique qu’avec ce casque.

Le Zik est accompagné d’un système actif de réduction du bruit. Des micros « écoutent » le bruit ambiant et l’atténue. Mais sans l’activer, les coussinets remplissent très bien leur rôle et vous êtes relativement bien coupé du monde extérieur.

L’application Parrot Zik 2.0

Parrot n’a pas seulement conçu un casque avec un son à se taper par terre, il l’a accompagné d’une application à se taper deux fois par terre. C’est un modèle d’ergonomie et d’efficacité.

Au lancement de l’appli, une première page vous donne les informations globales de l’état de votre Zik 2.0. L’autonomie de la batterie, et si le contrôle de bruit, l’égaliseur et le niveau de réverbération sont activés.

Photo 11-03-2015 19 11 54

La première page surprend par sa simplicité : grand fond noir et très peu d’icônes et texte en blanc. Point. Il vous suffit de slider les pages vers la gauche pour entre dans les différents modes.

Le contrôle de bruit se fait en agrandissant un cercle orange autour de la représentation du bruit, ici un cercle blanc en perpétuel mouvement. L’application vous de la mesure du bruit (en dB)  extérieur et au milieu du cercle ce que vous percevez dans vos oreilles.

Lorsque le cercle orange est au milieu, le contrôle du bruit est désactivé. Lorsqu’il est à l’extérieur, on est en « street mode » à savoir les bruits extérieurs sont captés par les micros et amplifiés afin que vous perceviez les bruits de la rue pour éviter tout danger, sans pour autant perturber votre écoute.

Dans la même veine, l’égaliseur est représenté en cercle avec plusieurs modes prédéfinis autour du cercle blanc.

Déplacez votre rond orange d’un mode à l’autre et cherchez celui qui vous convient le plus. C’est fun, hyper réactif, ça donne envie de jouer avec à chaque morceau, ça nous change des simples barres à déplacer en haut ou en bas.

Au niveau de la réverbération, vous pouvez choisir parmi 4 modes de lieu d’écoute simulé, de la « silent room » à la salle de concert. Mais également la position de la scène musicales jusqu’à 180°.

Les différences sont nettes, c’est très impressionnant. Les modes prédéfinis sont parfaits pour qui veut une touche de personnalisation dans son écoute sans se lancer dans des réglages à la fréquence près. Le rendu est bluffant de naturel, il m’est arrivé plusieurs fois de me demander si ce n’était pas le haut-parleur de mon baladeur qui criait dans la pièce…

Mais si cela ne vous convient pas, vous avez la possibilité de créer votre propre égaliseur, en jouant directement sur un véritable égaliseur 5 bandes. Et vous pourrez même le partager avec la communauté Parrot.

Autonomie

Pour finir, si vous activez le mode voyage, vous coupez la connexion Bluetooth et passez en filaire, afin d’économiser la batterie pour les longs voyages.

En ce qui concerne les grands voyages et la batterie, sachez que vous sommes arrivés à une autonomie de près de 15h en filaire avec contrôle du bruit activé et 6h en Bluetooth et contrôle de bruit.

Au rang des détails qui n’en sont pas, la batterie est remplaçable et facilement extractible.

IMG_9339

Conclusion

Vous l’aurez compris, à la rédaction nous avons été littéralement conquis par ce casque. Parrot avait déjà tapé fort avec le Zik 1er du nom, là il va encore plus loin, en mieux. Le Zik 2.0 offre un excellent confort de tête et le rendu sonore est bien loin au-dessus de ce que nous avons pu essayer en casque Bluetooth. Ajoutez à cela une ergonomie, aussi bien sur le casque lui-même que dans l’application ultra léchée, sans faille et des fonctionnalités ayant une véritable valeur ajoutée, et nous ne pouvons que vous recommander le Parrot Zik 2.0. Un must have !

IMG_9342

[TEST] Parrot Zik 2.0: le digne successeur
ConfortQualité sonoreChoix de configurationLégèretéSuper application compagnon
Prix
90%Excellent