Nous avons pu prendre en main l’hybride plug-in à la sauce Audi le temps d’un essai. Et on peut dire que le constructeur allemand a bien fait de prendre son temps avant de sortir sa première hybride électrique de série.

IMG_0579

Cela fait maintenant quelques temps que Audi communique sur e-tron, et si le terme sonne très mal en français, dites-vous que la technologie hybride qui se cache derrière est, elle, très réussie. L’Audi A3 e-tron est donc une hybride, car elle fonctionne à l’aide d’un moteur thermique essence de 150ch et d’un générateur électrique de 78kW pour une puissance cumulée de 204ch, soit l’A3 la plus puissante de la gamme. Et on la qualifie aussi de plug-in ou hybride rechargeable, car ses batteries peuvent être rechargées en branchant le véhicule à une quelconque prise électrique.

IMG_0580

Une petite fiche technique pour matérialiser un peu les données chiffrées (données constructeur) :

  • Moteur 1.4 TFSI de 150 ch (110 kW) avec un couple de 250 Nm
  • Moteur électrique de 78kW et 330 Nm de couple
  • Puissance cumulée de 204 ch (150 kW) et couple cumulé de 350 Nm
  • Boite S-tronic six rapports avec double embrayage
  • Consommation de 1,5 litre aux 100 km et 35 grammes par kilomètre de CO2
  • 0 à 100 km/h en 7,6 secondes et vitesse de pointe de 222 km/h
  • Autonomie jusqu’à 50 km en mode électrique et de 940 km en combiné

IMG_0591

De l’extérieur, rien ou presque ne distingue notre A3 e-tron de ses consoeurs plus classiques, si ce n’est l’absence de pot d’échappement dans le dessin de l’arrière de l’auto et les discrets badges e-tron. A l’intérieur, un puissance-mètre remplace le compte-tour et un bouton EV fait son apparition sur la console centrale… Et c’est tout. Les changements sont donc légers, certainement une volonté de ne pas spécialement chambouler les clients, tout en assurant une cohérence au sein de la gamme A3. La voiture est certes hybride, mais avant tout, c’est une A3.

IMG_0582

Là où les changements sont plus radicaux, c’est sous le capot, et même, sous le châssis. En effet, la technologie électrique, ça prend de la place. Et c’est lourd. Ainsi l’A3 e-tron pèse 300kg de plus que la 180ch TFSi. Les masses sont bien réparties puisque les 120kg des batteries viennent se loger sur le train arrière, alors que le moteur électrique est lui, à l’avant. De forme cylindrique le moteur électrique se retrouve placé entre le moteur thermique et la boite S-tronic 6 rapports à double embrayage. La place occupée par les batteries réduit la profondeur du coffre et la roue de secours compacte disparaît elle aussi. Au total la perte de volume est de + /- 100 litres.

Audi A3 Sportback e-tron

Au moment de mettre le contact, le mode électrique est prioritaire, si bien que l’on démarre toujours sans un bruit… Et même si l’on est maintenant de plus en plus entourés de véhicules électriques, cela fait quand même une drôle d’impression. Une fois sur la route, on profite du silence, à basse vitesse, puis on accélère, toujours sans un bruit… Quand on retire son pied de l’accélérateur on profite d’une roue libre exceptionnelle, permettant de faire plusieurs centaines de mètres avant de perdre de la vitesse. C’est assez bluffant. Cette subtilité du mode électrique pur est permise par la réduction des frottements au niveau des moteurs et on peut dire que ça fonctionne très bien.

IMG_0583

Il y a 4 modes de gestion de l’énergie électrique sur la A3 e-tron :

  • Le mode électrique forcé, dans lequel le véhicule démarre, utilisera toute l’énergie électrique disponible dans les batteries avant de basculer sur le moteur thermique. Dans ce mode, la vitesse maximum est de 130km/h
  • Le mode hybride auto comme son nom l’indique, utilisera au mieux l’une ou l’autre des sources d’énergie selon les conditions et ira même jusqu’à tenir compte des infos de navigation GPS pour optimiser l’usage des moteurs. De même si l’on veut profiter du « Boost » c’est à dire les deux moteurs en même temps, c’est dans ce mode qu’il faut rouler.
  • Le mode de conservation de charge hybrid hold, utilisera en priorité le moteur thermique pour utiliser au minimum la batterie afin d’en maintenir la charge au maximum. Très utile si l’on termine son trajet par de la ville par exemple, où l’on préférera rouler propre.
  • Le mode de recharge de la batterie : ici le moteur thermique est utilisé à la fois pour rouler mais aussi pour recharger la batterie à la manière d’un prolongateur d’autonomie. La consommation est alors accrue d’environ 2l/100km mais la batterie peut être entièrement rechargée en 45 minutes de route et ainsi offrir au moins 40km de roulage électrique.

IMG_0589

Une fois intégrées ces informations, on roule assez différemment car l’effet voiture électrique fonctionne. On essaie de maximiser l’autonomie, par la roue libre, l’anticipation… L’énergie est aussi beaucoup récupérée à la décélération et au freinage, et de façon plus ou moins sensible que l’on roule en pur électrique ou en mode recharge. Il suffit alors de lever le pied de l’accélérateur pour que l’aiguille du puissance-mètre passe sur charge. De même lorsque l’on freine, c’est d’abord le moteur électrique qui freine, même sur un freinage fort, avant que les plaquettes ne soient sollicitées. Lors de notre essai, nous avons fait près de 30km en full électrique en alternant la conduite éco et les franches accélérations – dans l’unique but de tester le véhicule et aucunement pour notre plaisir, évidemment.

IMG_0588

Si les données du constructeur assurent que l’on peut faire 50km en tout électrique, nous pensons que l’on peut assez facilement en faire 40 avec un minimum d’efforts. De quoi envisager des allers retours au maison/bureau des plus économes. Côté recharge, l’A3 e-tron est fournie avec un boitier qui assure la charge complète de la batterie en 3h45 sur une prise domestique. Petit raffinement supplémentaire, la prise côté véhicule est cachée derrière le logo aux 4 anneaux sur la face avant. Le logo s’escamote pour laisser apparaître les voyants et la prise. Très réussi.

IMG_0578

En essayant cette A3 e-tron on s’appesantit naturellement sur le roulage électrique, les atouts et limites de la technologie et on peut parfois en oublier le principal, à savoir qu’avant d’être une hybride, l’A3 e-tron est une Audi A3 : une berline compacte confortable qui sait aussi être dynamique, et qui de plus offre la possibilité de rouler plus de 40 kilomètres sans une goutte d’essence et sans un bruit. C’est une première pour le constructeur d’Ingolstadt et cette A3 e-tron est une belle réussite, d’autant qu’en France avec le bonus écologique l’A3 e-tron se retrouve exactement au même prix que l’A3 Sportback TFSi 180. Le positionnement agressif de son hybride par Audi est à souligner tant ces modèles sont souvent bien plus chers que les versions classiques.

Pour en savoir plus sur l’Audi A3 e-tron.

Merci cette fois encore aux équipes d’Audi France pour leur accueil et leur disponibilité