La RCZ R est la Peugeot de série la plus puissante. Et ce n’est pas loin d’être aussi la plus jolie. Peugeot nous a confié le petit coupé pour un long week-end, le temps de se faire une idée de ses performances et de son agrément, sur les routes de Normandie. 

En 2010, Peugeot présentait la RCZ, un joli coupé qui manquait un peu de pep’s côté moteur. Il aura fallu attendre deux ans de plus pour qu’apparaisse au Mondial de Paris le concept RCZ R… Qui fut concrétisé en série seulement un an plus tard et présenté au salon de Francfort 2013. Les premières RCZ R sont livrées depuis le début de l’année 2014. On doit la RCZ R aux équipes de Peugeot Sport – c’est « juste » l’équipe à qui l’on doit la 908 ou la 208 T16 Pikes Peak de Sébastien Loeb – ce qui cadre un peu les choses. En gros, c’est un peu plus qu’un badge R ajouté à une RCZ 🙂

Un avion le long des rails ?
Un avion le long des rails ?

Extérieur

Sur le plan esthétique, la RCZ R est très proche de la RCZ restylée de 2012 et à l’avant c’est à peine si l’on remarque le R sur la calandre. A l’arrière les différences sont plus flagrantes avec pour commencer la double sortie d’échappement chromée. Le becquet mobile de la RCZ qui devient fixe sur la RCZ R et les étriers de freins rouges des énormes jantes 19 pouces et pneus taille basse devraient finir de vous convaincre que ce n’est pas une RCZ normale.

IMG_1271

Sur notre modèle bi-ton rouge erythrée avec les arches de toit noir mat / toit en carbone noir, on ne passe pas inaperçu. Le dessin de la RCZ et à plus forte raison de la R a une vraie personnalité, une vraie « gueule ». Quand les gens la voient pour la première fois, ils sont surpris et flattés de découvrir le badge Peugeot, de se dire qu’après tout en France aussi on peut faire un joli coupé.

Intérieur

RCZ-R-interieur

Une fois que l’on est installé dans la RCZ, c’est à dire, assez près du sol, on ne peut que louer les sièges baquets cuir et Alcantara qui sont à la fois beaux et confortables. Le prix à payer pour ces superbes baquets étant le réglage électrique de ceux-ci, on tique un peu, mais on accepte volontiers le désagrément. Les plastiques de la planche de bord sont acceptables sans être incroyables, les ajustements et les finitions passent aussi, mais ça pourrait vraiment être mieux au vu du prix demandé pour la voiture, on y reviendra. Par contre le volant cuir et son petit méplat, le levier de vitesse tout alu partagé avec la 208 GTI et les pédales alu sont très qualitatifs.

RCZ-R-pommeau

Si l’on veut considérer que certains éléments ont été sacrifiés sur l’autel de la sportivité, on ne comprend pas par contre, pourquoi le système multimédia/navigation est si daté. Impossible de brancher par exemple son smartphone pour écouter sa musique alors que les connectiques USB et Bluetooth sont présentes. Un comble. Tournons vite la clé de contact pour écouter une musique qui mettra tout le monde d’accord…

Moteur et performances

Si les équipes de Peugeot Sport n’ont pas touché au style de la RCZ, c’était pour passer plus de temps sous le capot. En effet, c’est de ce côté que le plus de travail a été abattu, à commencer par le bloc essence turbocompressé 1.6l THP de 270 chevaux. Soit 170ch au litre… Sur les seules roues avant. Beaucoup de puissance à passer au seul train avant donc. Cela a été rendu possible par l’optimisation du bloc moteur avec un travail digne de la compétition, le renforcement de la boite manuelle à 6 rapports… Jusqu’à l’échappement en acier au dessin inspiré lui aussi de la compétition. Sans oublier le châssis qui reçoit des réglages de trains spécifiques, des liaisons au sol optimisées et de nouveaux réglages d’amortisseurs. La caisse a aussi été abaissée de 10 mm, améliorant encore un peu son aérodynamisme et sa tenue de route. Au final, la RCZ R pèse 17 kilos de moins que la RCZ.

RCZ-R-basdeporte

Tout ce travail paie et il est bien difficile de se dire que le bloc qui permet à la RCZ R d’atteindre les 100km/h en 5.9 secondes est le petit 1.6l THP ! De même le couple, porté à 330 Nm est présent dès les plus bas régimes (de 1900 à 5500 tr/min) alors que la puissance maximale est atteinte à 6000 tr/min pour une vitesse maximale limitée (électroniquement) à 250 km/h.

Sur la route

A peine le contact mis que le moteur rugit, le son est envoutant. On n’a plus qu’une envie, en entendre un peu plus. Et la RCZ R n’attend que ça. L’accélération est très franche, on sent tout de suite le tempérament sportif et joueur de l’auto alors que l’on se retrouve au fond de son (confortable) siège baquet. Dès que la route devient sinueuse on se rend compte que le chassis et les pneus de 19 pouces permettent de s’amuser en toute sécurité tant la voiture reste rivée au sol.

RCZ-R-jante

Le travail sur l’ESP a lui aussi permis, en en retardant le déclenchement,  de laisser un peu plus de marge au pilote qui sommeille en chacun d’entre nous, sans pour autant que cela ait un impact négatif sur la sécurité. Un vrai régal. L’étagement des rapports de la boite permet lui de bien les pousser, on entendrait presque le moteur chanter. Quand il s’agit de freiner, on peut freiner fort, la puissance du moteur étant domptée par des disques ventilés de 380mm et des étriers à 4 pistons, permettant de passer de 130 à 0 km/h en 60 mètres. Il faudra seulement ne pas hésiter à appuyer, la course de la pédale des freins étant un peu plus longue qu’à l’accoutumée…

RCZ-R-pots

Tout cela confère à la RCZ R un tempérament volontaire, joueur, une vraie voiture plaisir que l’on pourra aussi conduire tous les jours car si elle est assez large, sa longueur, son rayon de braquage, la visibilité arrière et ses consommations contenues lui permettent aussi d’être utilisée au quotidien. Et les radars avant et arrière vous aideront bien quant il s’agira de se garer dans un parking étroit.

Fiche Technique :

MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes, 2 arbres à cames en tête + arbre d’admission à calage variable en continu
Position : transversal AV
Alimentation : Injection directe + turbo Twin-Scroll (1,5 bars) + échangeur air/air
Cylindrée (cm3) : 1598
Alésage x course (mm) : 77 x 85,6
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 270 à 6000
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 330 de 1900 à 5500
TRANSMISSION
AV + DGL Torsen
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6)
ROUES
Freins Av/Ar (ø mm) : Disques ventilés (380), étriers fixes 4 pistons / disques pleins (290), étriers flottants
Pneus Av-Ar : 235 / 40 R 19 (Goodyear Eagle F1 Asymmetric 2)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1280
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,7
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
400m DA : 14″2
1000 m DA : 25″4
0 à 100 km/h : 5″9
80 à 120 km/h en 5ème : 5″7
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 6,3
Moyenne de l’essai (L/100 Km) : 14
CO2 (g/km) : 145
PRIX : 42.900 €
PUISSANCE FISCALE : 16 CV

Photos

Conclusion

L’essai de cette RCZ R a été une véritable révélation tant sa conduite a été un plaisir de tous les instants. Il y a bien longtemps que l’on avait pas trouvé une voiture à la fois belle et sportive comme ça. C’est vraiment à contre-coeur que l’on a rendu les clés… Tout n’est pas parfait, loin de là, mais les sacrifices (et quelques mesquineries) valent la peine. On peut faire des voitures funs quand on s’en donne la peine. Certes c’est cher, mais quand c’est réussi, ça marche !

[colored_box color= »green »]

Ce que l’on a aimé

  • Le look
  • Les performances
  • Le son flatteur du moteur

[/colored_box]

[colored_box color= »red »]

Ce que l’on a moins aimé

  • Certains détails de finition intérieure
  • La connectique multimédia dépassée
  • Le prix élevé [/colored_box]

Et enfin, un grand merci aux équipes Peugeot pour leur disponibilité 🙂