Les GTI et Peugeot, une grande histoire ! Pour les trentenaires, c’est forcement l’image de la 205 qui s’impose en premier. Le temps d’un long week-end, Peugeot a mis à notre disposition la 208 GTI, histoire de voir si l’héritière mérite son nom…

208GTI

Apposer le mythique badge GTI sur une Peugeot, c’est prendre le risque de la voir comparer à ses devancières, 205 en tête, car depuis, la dénomination n’a plus été utilisée, les dernières citadines sportives s’appelant plutôt S16. En près de 20 ans, beaucoup de choses ont changé dans l’automobile, les voitures ont pris du poids en devenant plus sures et plus confortables… Que reste t-il alors pour cette 208 GTI ?

A l’extérieur

De loin, la 208 GTI est avant tout… Une 208. Sage et presque trop discrète, il faut s’approcher pour trouver les signes distinctifs de la griffe GTI. Ils ne manquent pas, mais on ne peut se défaire de l’impression que la voiture est une citadine avant d’être une GTI. Cet esprit s’incarne à travers la calandre avant spécifique, son becquet de toit, la double sortie d’échappement et les jantes, très réussies dites « Carbone » en 17pouces. Ces équipements sont complétées des rappels chrome comme les rétroviseurs, les lécheurs de vitres ou le tour de la calandre, entre autres. Sans oublier les badges GTI à l’arrière, mais surtout près des vitres arrières, clin d’œil évident à la 205.

208GTI_0006_Layer 1

208GTI_0003

208GTI_0004_Layer 3

 

A l’intérieur

L’intérieur de la 208 est un équilibre assez réussi entre les touches de sportivité et le côté nécessairement cosy d’une citadine. Mélange de cuir noir, de TEP sur la planche de bord et de plastique qualitatif, l’intérieur est agréable. Les touches sportives sont incarnées par les inserts laqués noir et rouges et l’aluminium du pommeau, les pédales, ou des seuils de porte. Le petit volant spécifique à la GTI est très agréable avec son léger méplat, des reposes-pouces et son revêtement cuir. Les sièges sont aussi très confortables avec leur finition cuir et maille, les surpiqures rouges sont bien sûr présentes. Légèrement baquets, l’assise est irréprochable.

208GTI_0003_Layer-55

208GTI_0003_Layer-666

208GTI_0002_Layer 5

Moteur et performances

Sous le capot se trouve le bloc essence 1,6L THP turbo de 200ch et son couple max de 275Nm dès 1700tm. C’est le moteur sportif que l’on retrouve aussi sur la RCZ. La boite de vitesse manuelle à 6 rapports courts est très efficace et petit détail, le pommeau tombe très bien sous la main, rendant son utilisation très agréable. La 208 GTI est donnée pour un 0 à 100 à 6,8 secondes, pour une vitesse max de 230km/h. Pesant à peine plus d’1,1 tonne, la voiture est très agréable à conduire. La puissance est disponible assez tôt, sans chercher à trop monter dans les tours et le comportement du châssis et des suspensions est exemplaire. Le freinage est bien mordant, et il profite de l’excellente monte des pneus Michelin Pilot Exalto. La direction est précise et le petit volant rend les successions de virages très agréables. En appuyant un peu sur l’accélérateur, on profite de la sonorité travaillée de l’échappement, pour notre plus grand bonheur. En utilisation plus calme, la 208 GTI donne aussi entière satisfaction, dans la circulation parisienne comme sur des trajets plus roulants.

208GTI_0003_Layer-44

Conclusion

Est-ce que l’on peut comparer le tempérament de la 208 GTI avec son ainée 205 ? Non.
Est-ce que l’on peut estimer que la 208 GTI est digne de son ainée ?  Oui !
Inutile en effet de vraiment comparer, on le sait, les voitures d’il y a 25 ans et d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir.
Par contre on peut prendre du plaisir au volant de la 208 GTI, car si comme toutes ses concurrentes citadines sportives, elle est aseptisée, sobre, et sage, elle est surtout agréable et polyvalente. Ce n’est pas la plus joueuse, mais on pourra l’utiliser tous les jours, et partir en week-end pour profiter de ses chevaux !
Dernier point, son prix : autour de 25.000eur. De ce point de vue la aussi, elle est bien placée, tout près de ses consoeurs Renault Clio RS ou Ford Fiesta ST.

Photos :

Et bien sûr, un grand merci aux équipes de Peugeot pour le prêt !