SUCKER PUNCH (Zack SNYDER – Warner Bros)sort aujourd’hui et beaucoup d’entre vous iront le voir (je me trompe?) alors permettons nous une petite mise en garde. Rien de méchant : ce film est juste à la croisée entre plusieurs genres, alors soyez au courant avant d’en sortir deçu!
Ne vous inquiétez pas, cet article ne contient pas (beaucoup) de spoil.

sucker-punch


// ÇA PARLE DE QUOI ?
Pas besoin de gros pitch sur le film : C’est simple, une femme se fait enfermer, accusée par son beau père d’avoir tué sa soeur. Puis à LENNOX HOUSE, l’hôpital psychiatrique, elle se fait de bonnes amies et dans son inconscient, il se joue des films de divas danseuses, combats incroyables et victoires contre le mal.

// INSPIRATION
Si vous avez aimé 300 et Watchmen (ses précédentes réalisations), ce film vous rappellera sans aucun doute la patte SNYDER. Pourtant vous pourrez aussi déceler dans le scénario des touches d’Inception, de Burlesque, de Killzone, de Kill Bill, de Black Swan et de Wanted. Et c’est là que le film vrille dans nos petites têtes de spectateurs.

// LE RÉVEIL DU CRITIQUE QUI SOMMEILLAIT EN MOI
J’ai été voir le film sans avoir lu, ni critique ni blog. J’ai emmené mon petit frère pour une aventure de ouf, genre: « Viens voir le film de l’année. T’as de la chance d’avoir un grand frère qui t’amènes au avant-première de dingue, hein? …. Et à la fin, silence gêné, regards coupables… et parti à la recherche d’arguments pour défendre un film qui ne peut être honnêtement soutenu.
L’interview de Zack SNYDER à la FNAC avait déjà donné les premiers signes d’un film étrange :
Zack SNYDER : « à la fin de chaque projection, j’ai envie de parler du film, et souvent le spectateur me répond : Attend Zack, pas tout de suite, je dois d’abord digérer le film et en faire une synthèse. Trop de choses en même temps…! »

// POURQUOI ET COMMENT ?
Comment :Le film n’est pas un navet. On se prend vraiment un PUNCH visuel (et uniquement visuel) en pleine tête. Les ingrédients d’univers GEEK sont TOUS réunis dans le film : 5 girls armées, FPS, combats aux sabres, BIG big boss, dépassement de soi, ralentis et accélérations, combats futuristes et images « Vintage », injustice … Ajoutez à cela une bande-son Rock’N’Roll et vous obtenez un mélange détonnant. Quand est ce que ce film part en flop ?
Pourquoi : Quand on nous fait descendre dans les limbes d’une histoire, il faut un scénario puissant, un fil conducteur qui donne envie aux spectateurs de poser ses tripes et que le réalisateur les piétinent. Et avoir envie de crier « ENCORE ». Il faut que le scénario nous emmène dans nos retranchements.

// DEVONS-NOUS RENIER SUCKER PUNCH? NON!
Vous serez sûrement déçu après l’avoir vu. On échangera des commentaires houleux, et je vous dirais :
– A la réalisation : on sent la patte du réalisateur à mort.
– C’est profond et mystérieux : c’est qui l’héroïne de l’histoire ?
– Il a carrément créer un univers à lui.
– Les décors sont ultra-léchés et ultra-travaillés.
Et pourtant vous avez raisons, la seule chose qui manque dans ce film c’est une cohérence, un scénario. Quoi c’est trop demandé ?
On a envie de dire à la fin : « WTF ? Il a pas eu le temps de le finir ou quoi ? C’est qui le scénariste que je pourrisse son Facebook et son Twitter! »

SUCKER PUNCH 12,75/20 (ma note perso de fan : 14/20)

Echelle //
– entre 17 et 20 : à voir absolument.
– entre 14 et 16 : bon film.
– entre 10 et 14 : carte UGC illimité only
– moins de 10 : à éviter.