Alors que Largo Winch 2 est encore à l’affiche dans les salles obscures et qu’il se bat à coté des Black Swan, Tron, le discours du roi et autres, w3sh vous livre son impression sur le film.

largo-winch2

// Une histoire de gros sous!

Héros anticonformiste, un brin racolleur, il est propulsé à la tête du Groupe W et se déménera aux 4 coins du monde pour faire la lumière sur une affaire de meurtres. Quelques milliards de dollars sont en jeu, pas de quoi le faire suer.

Avec 1,8 millions d’entrées pour le premier opus, ce deuxième, en réalisant 470,000 entrées fait un démarrage prometteur. Plus d’actions, plus de cascades, plus d’américains… un mélange détonnant!

// Tomer Sisley, à la hauteur du premier.

Il n’aura pas changer d’un poil dans le 2e opus. Les spectateurs ne seront donc pas dépaysés par l’acteur principal de ce Largo Winch hyper américanisé. Son accent anglais est cependant à revoir.

//Sharon Stone de plus en plus jeune.

Elle est radieuse. On la retrouve dans un rôle de femme à poigne et ça lui va avec ravir. Entre femme Cougar et Haute responsable à l’ONU, nous avons l’impression que le rôle a été écrit sur-mesure pour correspondre à son calibre.

// LG et Audi sponsors omniprésents.

Les fans de technologies et de course ne seront pas contents. En guise d’ouverture une course germanique (Audi vs Mercedes) caméra tremblante (hélas!) et des placements produits LG, en veux-tu en voilà, claquent à l’écran. Dommage qu’il n’y ai pas de gadget avant-gardiste.

Notez la plaque d’immatriculation : LW.

// 200 vols, des voitures cramées, de l’action…

Les promesses sont tenus. De l’action, un scénario plein de rebondissements, des décors à couper le souffle. Jérôme Salle, déjà réalisateur du premier épisode, nous scotche. Un bon film.

Largo Winch 2 : 14/20

Echelle //
– entre 17 et 20 : à voir absolument.
– entre 14 et 16 : bon film.
– entre 10 et 14 : carte UGC illimité only
– moins de 10 : à éviter.

Bonus stage // le making of rythmé.