Pre-Scriptum : On commence la journée avec une petite question qui nous suivra durant la journée 😉 – et si vous êtes sage, ça pourrait même être un rituel, entre nous tous les matins, au petit déjeuner.

Il y a encore quelques années, être un Geek c’était assumer ça :

cyprien

Aujourd’hui encore, il y a une séparation très nette entre la réalité et la fiction chez nos Geek preférés. Tour d’horizon. Premièrement, wiki : « Le terme geek (/gik/) est un anglicisme désignant une personne passionnée, parfois de manière intense, par un domaine précis. Il s’emploie entre autres dans le domaine de l’informatique ainsi que dans celui de la science-fiction. L’archétype le plus célèbre du geek est celui du jeune (ou de l’adolescent) féru de sciences/maths/logique, qui s’intéresse également aux nouvelles technologies et aux univers fantastiques (comics, science-fiction, heroic fantasy, etc.). Cette passion s’applique concrètement par de nombreuses activités, telles que le jeu de rôle, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo ou encore la programmation informatique. »

W3sh fait le point sur les geeks autour de nous.

1/ Le geek gadget : le couteau suisse //

Avec l’avènement des séries US, l’évolution des geeks devient évident. Entre autres souvenirs, Code Lisa (milieu des années 90), Parker ne perds jamais (souvenez vous Jerry Lewis) et le plus récent Big Bang Theory (presque tous les personnages), ont contribué à redorer l’image des geeks. On aurait presqu’envie de leurs gadgets, leurs aventures et même leurs T-shirts. Véritable boîte à outils, le geek gadget vous sera utile et restera discret.

Utilité : il sait installer la nouvelle freebox révolution et peut répondre à toutes les questions de « questions pour un champion » (attention votre petite soeur risque de tomber amoureuse de lui)

2/ Le trendy geek : à l’image du smartphone //

En 2004, arriva une nouvelle génération de geek. Moins pointus et plus mode, le Trendy geek est une déviance moderne du terme. On le retrouve militant un Android à la main. Il sait ouvrir le mode Tethering, connait les bidouilles pour jailbreaker votre téléphone. Il télécharge des séries (oh, le vilain!) et … c’est tout! Tout est dans apparence, mais ne vous y tromper pas, demander lui la marque et la vitesse du processeur de son smartphone, et admirez comment son visage se liquéfie.

Utilité : Il connait la procédure de changement d’opérateur sur le bout des doigts et vous fera économiser quelques centaines euros.

3/ Le geek informaticien : l’ingénieur très classe //

L’ingénieur informaticien a eu son heure de gloire et même une chanson dédiée. Il est (et a toujours été) un sauveur dans le milieu de l’entreprise. Depuis les questions simples

– « eh dit, pourquoi mon ordinateur ne démarre pas? » – « euh, tu l’as branché à la prise electrique! »

au très nostalgique

– « mon PC débloque, windows ne se lance plus! » – « c’est normal, tu n’as pas retiré la disquette, et Windows cherche à booter dessus » (si, si!).

On comprend maintenant pourquoi il est payé 45K€, le big boss ne pouvait pas se passer de lui. Avec l’arrivée du wifi et des ordinateurs portables, l’ingénieur informaticien ne tire plus de cables et ne trifouille plus l’ossature de votre tour de PC. Monter en gamme oblige, il porte maintenant un costume.

Utilité : parfait pour aller diner au resto. En plus, c’est lui qui vous invite.

4/ le geek scientifique : les experts et consorts //

Les geeks, il en faut pour tous les goûts et partout autour de nous. Les séries télé U.S. les ont adopté, version S-spécialiste. Les Experts (et tous les spin off), NCIS, Esprits Criminels, Bones, Chuck et même that 70’s show, les geeks sont devenus la caution scientifique nécessaire pour faciliter les enquêtes, résoudre les énigmes. Beaux gosses (taille mannequin), cultivés et à assumant leurs passions, ces héros que nous suivons de façon hebdomadaire sont la promotion ultime de la culture Geek. En plus, ils sauvent le monde.

<strong>Utilité : Il sait vous expliquer la composition de l’ADN avec des mots ultra-simples et vous faire des schémas simplifiés de structures moléculaires complexes, mais il ne faudra pas compter sur lui pour vous sauver lors d’une bagarre de rue.

Et vous, quel geek êtes vous ?