Cela se passe aux USA plus précisément en Californie. Un ancien shérif à  la retraite a offert à  son petit fils agé de 17 ans un GPS dans le but de lui faire réduire sa vitesse de conduite sur la route. Car celui-ci a la pédale lourde.

Un jour alors qu’il conduisait dans une zone limitée à  45 km/h, il s’est fait flashé par un radar mobile à  plus de 60 km/h. Il se fait arrêté et tient tête au gendarme en indiquant que la mesure du radar mobile doit être erronée car son GPS lui indique une vitesse bien inférieure. Le radar mobile serait donc mal orienté et la vitesse calculée par celui-ci fausse.

Pour le prouver, le jeune tend son GPS et affiche l’historique de sa conduite. Le jeune tient bon et se reçoit son amende pour excès de vitesse. Il porte réclamation et attend le verdict de son jugement. Son grand-père ancien Sherif estime que sa réclamation a de grandes chances d’aboutir. Si un tel jugement venait donner raison au conducteur alors ce cas ferait juris-prudence!

Au départ les grand-parents avaient offert le GPS pour une toute autre raison. Ils vérifiaient eux-mêmes l’historique du GPS de temps en temps pour vérifier que leur petit-fils conduisait correctement sans dépasser les limites de vitesse légales. Ils s’étaient eux-même rendu compte d’une infraction et avait puni celui-ci par une interdiction de 10 jours de conduite.

Source Mobifrance