Au moment o๠les responsables politiques et les citoyens commencent à  se rendre compte des effets de notre mode de consommation sur le dérèglement climatique et la vie de la planète, de nouvelles initiatives voient le jour.
Elles ont pour objectifs de limiter les rejets de carbone Co2 dans l’atmosphère et de limiter la consommation des ressources vitales (eau, terres agricoles, bois, gaz, pétrole etc…).

Les aliments parcourent en moyenne 1500 miles (soient environ 2400 kilomètres) avant d’arriver sur notre lieu de consommation. Voici cette initiative qui vient de naà®tre aux USA et Canada, Cette nouvelle règle de consommation s’appelle les « 100-mile Diet ».
C’est un régime alimentaire qui consiste à  consommer des produits qui ont poussé et été transformés, packagés etc… dans un rayon de 100 miles (environ 160 kilomètres) de son lieu d’habitation et de consommation personnelle.

L’intérêt de cette règle est de créer plus de fermes agricoles moins intensives à  proximité des villes, de limiter les transports de marchandises. L’intensivité de l’agriculture a pour but de diminuer les coà»ts de production mais ajoute de la pollution selon ces auteurs de cet ouvrage préconisant les « 100-mile Diet ».
Alisa Smith et JB Mackinnon partage avec nous leur expérience au quotidien dans leur livre appelé « Plenty » (Abondant en Français).

Plus d’information sur le site