Attention faites chauffer les moteurs et passez la seconde, le 20 avril dernier est sorti Diddy Kong Racing sur Nintendo DS. Ce nouveau titre est le seul à  tenter de concurrencer le célébrissime Mario Kart. Alors pour savoir si l‘objectif est atteint W3sh l‘a testé pour vous…

Tout d‘abord pour les connaisseurs, ce nouvel opus est un remake de la version sur Nintendo 64 mais avec quelques innovations qui nous paraissent plus ou moins intéressantes. En mode « Aventure », il faut toujours vaincre l‘infâme Wizpig qui a pris le contrôle de l‘à®le et y sème la terreur. Il faut donc venir à  bout des 5 mondes pluriclimatiques à  bord de 3 types de véhicules différents : un kart, un hydroglisseur et un avion. Mais attention, les courses ne sont pas en libre service, pour y accéder le joueur doit récupérer des ballons d‘or en gagnant des courses bien sà»r, mais aussi en farfouillant dans l‘à®le ou en relevant des défis comme éteindre des torches en soufflant dans le micro de la console. Cela permet un jeu moins linéaire au début, si on est bloqué sur une course on se rabat sur une autre en attendant de progresser, mais pour finir le jeu il faudra quand même quasiment tous les récupérer. Les innovations résident surtout dans l‘utilisation du stylet. Pour faire un départ canon, ce n‘est plus une question de timing mais il faut donner de sa personne. Au volant de son kart, le joueur devra faire tourner une roue le plus vite possible sur l‘écran tactile pour une accélération maximale au démarrage. Idem en avion, o๠c‘est une hélice qu‘il faut actionner. Si c‘est une bonne idée sur le papier, en réalité cela veut dire qu‘au départ d‘une course on a le stylet dans la main et qu‘il faut vite le lâcher pour piloter son engin… pas très pratique, même si on se rend compte qu‘avec les doigts c‘est plus facile. Seul le départ canon de l‘hydroglisseur est vraiment performant puisqu‘il suffit de souffler de toutes ses forces dans le micro pour le voir partir comme une flèche (attention aux postillons !). Mais l‘utilisation de l‘écran tactile est mieux exploité dans un mode assez rigolo et novateur, o๠posté sur un tapis volant en vue subjective, le joueur doit éclater un maximum de ballons au stylet en un seul tour de circuit. Lorsque le mode « Aventure 1 » est terminé on débloque le mode « Aventure 2 » … qui est le même que le premier mais en mode « miroir ».

Autant dire que c‘est assez décevant puisque cela n‘apporte rien de nouveau… ah si faut tourner à  gauche au lieu d‘à  droite… pardon. Pour les options, il ne faut pas oublier de ramasser les pièces pour acheter les améliorations pour les véhicules (ou faire comme les feignants acheter les circuits au lieu de gagner les courses).Le jeu est doté d‘un éditeur de circuits qui permet de créer comme son nom l‘indique son propre circuit, c’est-à -dire choisir sa forme et son dénivelé. C‘est une bonne idée mais qui aurait pu être mieux exploitée. On peut aussi customiser les icônes et les panneaux publicitaires situés au bord des circuits. Une autre option permet d‘enregistrer des sons avec le micro qui peuvent être diffusés à  certaines occasions. C‘est-à -dire, vous aimez chanter et vous aimeriez entendre votre propre interprétation de « We Are The Champions » pour célébrer une victoire ? Et bien y‘a qu‘à  demander. Mais on peut aussi laisser des messages perso « Bon maintenant que t‘as gagné tu l‘éteint ta console ??? ». L‘idée est assez sympa.

En mode multi-joueur on passe de bons moments que ce soit entre amis mais aussi contre n‘importe quel pilote du monde via la connexion wi-fi.

En résumé, Diddy Kong Racing surfe sur la nostalgie des jeux de notre enfance et le fait bien. Les plus de cet opus version 2007 : les 3 véhicules différents et les possibilités de les upgrader, un mode multi-joueur sympa et éclater les ballons au stylet. Par contre on peut regretter l‘éditeur de circuits limité et la mauvaise utilisation du stylet au départ des courses.

Diddy Kong Racing DS, Nintendo et Rare, 39€90.