Une chose est sure, Casino Royale va faire des millions. En effet, je reviens du cinéma et la salle était pleine. Je n’avais pas lu de critiques mais j’avais eu des échos mitigés, alors j’ai décidé d’aller voir moi même.

2h30 plus tard, (c’est long pour un James Bond), je n’ai pas vraiment accroché avec le dernier James Bond, qui se veut le premier volet de la très longue série.

Il manque définitivement quelque chose. Le scénario est bien ficelé, il y a de l’action, de belles femmes, mais Casino Royale occulte les ingrédients principaux qui ont fait de la recette une réussite. James a perdu son flegme so british, son charisme et ses gadgets. En effet, Daniel Craig est très bon mais il n’est pas taillé pour le job. Il ne dégage pas le charisme d’un Roger moore ou encore moins un Sean Connery. Craig est taillé (version body buildée) pour un film d’action à  la Vin Diesel ou un Jason Statham, mais pas pour les nuances d’un agent secret au service de sa Grande Majestée.

Pourtant, le réalisateur Martin Campbel a bien essayé d’expliquer comment l’agent 007 est né, comment il s’est endurci ou comment il ne fait plus confiance à  personne… Mais on n’y crois pas. D’ailleurs on rigole presque quand Caterina Murino saute sur James au début du film, on ne comprend pas comment il a pu la mettre dans son lit avec juste ses yeux bleus. Les anciens James Bond avaient du charme, Craig a du muscle.

Casino Royale est un bon film d’action mais un très mauvais James Bond. Non décidement, ce James la n’est pas très Bon(d).