La boite du nouveau walkman Sony trône au milieu de la table. D’un violet brillant rappelant à  mon bon souvenir l’exemplaire du NW-A1000 présenté à  l’Apple Expo au début du mois de septembre dernier. Cette boite est simple, discrête tout en attirant irrémédiablement la curiosité. Les informations de rigueur sont présentes et annonce la couleur. Violet, il sera donc violet. 6 Go pour la capacité et l’application Connect pour la synchronisation avec le PC (uniquement, mais j’y reviendrai). En ouvrant cette boite, on s’attend à  trouver le bon vieux carton ondulé blanc, leitmotiv de tout emballage de produits high tech. Il n’en est rien. On tombe nez-à -nez avec un « écrin » bleu marine rappelant celui des parures de stylos de luxe. Il s’agit bien d’un produit haut de gamme de la marque japonaise, au vu du soin apporté à  cet emballage.

J’ouvre l’écrin. La phrase « Every moment has its music » inscrite avec le logo Walkman saute aux yeux et confirme qu’on est sur les terres de Sony: la musique. Le lecteur trône dans la partie de droite, royal, sous sa protection de plastique transparent laissant apparaà®tre sa belle couleur violette, tandis qu’à  gauche, le « caisson » renfermant le casque, sa rallonge (à  remplacer très vite par une télécommande), le câble USB propriétaire pour la synchro, le chargeur et le CD pour le PC, est estampillé « Connect » pour nous rappeler que iTunes n’est plus le seul acteur dans ce domaine.

Le NW-A1000 existe en noir, doré, turquoise, rose et violet. Sa forme rectangulaire aux contours et angles arrondis rappellent un galet et sa prise en main est particulièrement agréable. L’appareil est léger, sa coque plastique colorée est translucide. Eteint, on ne devine pas l’écran. Seul apparaissent les 3 boutons. Les deux plus petits « back » et « option », ainsi qu’un double bouton « lecture/pause » + pad multi-directionnel.
J’allume le lecteur, Les icônes de l’écran s’éclairent en turquoise très clair sous la coque translucide. On a affaire à  l’interface typique de Sony. Plutôt déroutant pour l’utilisateur de iPod que je suis, mais qui a le mérite de ne pas être un clône de l’interface Apple.
La navigation est, à  mon goà»t, assez pratique bien qu’un peu lente. Avec ce lecteur, Sony reprend à  son compte la recette du « droit au but, sans fioriture ». Le NW-A1000 est un lecteur MP-3, donc pas de tuner, pas de lecteur de documents, ni de jeux, ni d’écran couleur. Sur les côtés de l’appareil, le bouton du volume, le bouton hold et un bouton étrange permettant la création de playlists par association d’artistes (je n’ai pas encore testé). Lorsqu’on retourne le lecteur, le dos de celui-ci, mat, dans la même couleur que le reste, offre un passe-dragonne. Cette face est amovible pour permettre de changer la batterie (et oui !). Le premier défaut, ou plutôt laisser aller me saute aux yeux dans ce paysage idylique: les autocollant de recyclage et du numéro de série sont collés n’importe comment ! Faut-il les retirer ? Est ce que ça va dégrader la couleur ? Que de questions existencielles !

Le NW-A1000 a présent en route, je découvre avec stupeur et merveille que 2 titres sont gentillement fournis par Sony. Je peux donc tout de suite profiter de la musique. Le son est excellent, Sonyesque ! Malgré l’absence de réglage de type « Megabass », l’égaliseur effectue pleinement sa mission et la musique s’adaptera à  votre convenance. Un vrai bonheur donc, mais il faudra certainement songer à  investir dans un casque réellement à  la hauteur, comme les in-hear du même fabriquant.
Pour ajouter de la musique aux entrailles du NW-A1000, il va falloir installer le logiciel « Connect ». Pour ce faire, je sors mon PC (Connect n’est pas compatible Mac et sans l’application, le lecteur ne sera reconnu que comme mémoire de masse) et je lance l’installation.
Je dois dire que c’est à  ce moment que je découvre ce qui sera le gros (le seul?) point noir de cette expérience du walkman numérique Sony.

D’abord, je suis déçu de voir que Connect est une copie quasi conforme de iTunes. Remplissant les même fonctions (importation, organisation des fichiers en bibliothèques, achat de musique en ligne) mais nettement moins élaboré (pas de vidéo, de podcast…) et surtout beaucoup plus lent et beaucoup plus instable. Je ne peux malheureusement tellement m’attarder sur le sujet car je me suis contenté d’importer 2 albums de mon disque dur vers la bibliothèque, ajouter les pochettes (la base de donnée en ligne ne semblant pas vouloir faire son travail), et les synchroniser avec le NW-A1000. Malgré l’absence de port USB 2 sur mon PC, le transfert est assez rapide. Mais la quantité est si faible que ce n’est pas significatif.

En conclusion de cette expérience, je ne pourrais m’arrêter de complimenter ce petit bijou tellement je suis sous le charme (et c’était pas gagné pour le ipod addict que je suis). Quant à  ses défauts, ils ne concernent que l’application Connect qui manque définitivement de maturité, de fini et qui n’est pas compatible Mac. La copie corrigée ne laissera de place à  l’iPod mini que le fond du tiroir.