Dans le « show business », il y a le « show » et le « business ». La technologie permet aux créateurs de créer et d‘explorer leur créativité plus rapidement avec moins de handicaps technologiques. Le fait de travailler dans le numérique leur permet de créer toutes sortes d‘effets dans le respect de leur budget et du temps dont ils disposent.

« Avec Star Wars, le concept de prévisualisation — une technique cinématographique relativement nouvelle — commençait à  prendre du poids au sein du royaume de George Lucas. Et de notre côté nous recherchions activement un partenaire technologique pour nous aider à  donner une nouvelle dimension à  cette technique, et nous l‘avons trouvé avec JAK Films. » explique Scott Carrol, AMD Public Relations Digital Media & Entertainment.

Plus d’infos en lisant la suite de l’article ! 🙂

EP3_IA_72226_R.JPG

La puissance de la technologie numérique est l‘une des raisons majeures pour lesquelles George Lucas a décidé de réaliser trois épisodes supplémentaires de Star Wars. Cette nouvelle manière de travailler a totalement révolutionné le monde de la réalisation cinématographique.

La fiabilité exceptionnelle et la puissance sans précédent des systèmes informatiques équipés de la technologie AMD64 ont permis à  George Lucas d‘inventer une façon radicalement nouvelle et plus efficace de réaliser son film «La Revanche des Siths ». En collaboration avec les artistes numériques du studio de production JAK Films, George Lucas a utilisé ces systèmes pour diriger des séquences 3D en temps réel au sein d‘un flux créatif ininterrompu, de la conception des galaxies et des cités futuristes jusqu‘aux séquences chorégraphiées à  très grande vitesse. Avec la technologie AMD64, l‘équipe de JAK Films et George Lucas ont pu compléter des séquences au cours de sessions de quelques heures, alors qu‘auparavant il fallait plusieurs semaines.

Moyennant des délais et des investissements inférieurs à  ceux du précédent Star Wars, George Lucas a pu tourner davantage de plans, réaliser un meilleur film avec nettement plus de détails et en rapprochant nettement le point de vue de la caméra d‘un personnage tel que Yoda. Auparavant, les effets spéciaux étaient réalisés de telle manière que le spectateur pouvait voir le trucage. Aujourd‘hui, cette proximité de la caméra ne laisse apparaà®tre aucun effet de trucage et semble encore plus réelle grâce à  la quantité de détails qui a pu être intégrée.

EP3_IA_92534_R.JPG

L‘un des messages clés est que George Lucas peut réaliser son film dans un décor numérique, ce qui lui permet d‘être le narrateur et créateur, au lieu d‘attendre que la technologie rattrape son imagination. Les responsables de l‘animation peuvent travailler à  son rythme, ce qui lui permet de diriger l‘action. Cette évolution peut avoir, à  terme, un impact sur les réalisateurs car la technologie était devenue très encombrante et ralentissait le processus de création. Libérer la créativité, supprimer les handicaps technologiques qui pénalisent le processus créatif sont les réels avantages de ces évolutions technologiques.

Ces progrès technologiques laissent présager un futur radieux pour les films d’animations. A quand une suite à  Star Wars XI ? 😀