Et pourtant, on pourra dire qu’ils ont lutté ! A coup de ségrégation raciale, sociale, à  coup de carte de membre impossible à  obtenir car sur parrainage… Oui, ils ont voulu rester entre eux, se couper de la réalité métissée du monde. Mais c’est fini, bien fini. Ils peuvent pleurer car tout leur a échappé.
Le golf n’est plus un sport de riches coincés qui ne souhaitaient qu’une chose, défendre la pureté de leur country house.



Le golf a été récupéré, déformé, adapté, stylisé. Déjà , les anglais avaient commencé il y a quelques années à  y apporter un style groovy-punk avec un magazine comme Bogey qui tout en traitant bien du golf, tenait plus d’un mag de skate que d’un hors série des Echos. Ce sont d’ailleurs les stars du skate et du snowboard qui, ayant amassés les pépettes, ont introduit le baggy pants et les beuveries sur les greens… impossible d’y échapper vous dis-je !
Mais la vraie révolution, tient dans le détournement total. Souvenez-vous du schizophrène Taylor Durden dans Fight Club… elle est là  la solution !
Golf urbain, golf freeride, street golf ou encore golf X, que de mots pour la démarche ultime qui consiste à  jouer au golf partout (je dis bien partout) sauf sur un green ! Plus de carte de membre, plus de code vestimentaire, plus de culs serrés se gargarisant d’être leur propre élite.
Nori21 se veut le porte parole en France de cette nouvelle aventure sauvage. Proposant conseils, photos et lignes vestimentaires sur leur site web. Tout ce qu’il faut savoir sur cette pratique alternative d’un sport qui ne demandait qu’à  éclater.
Golfeur depuis quelques temps déjà , j’accroche, j’adhère, je signe… Paris, fermez vos volets ! Cette nuit, la balle blanche va voler !